Ils n’ont pas manqué à l’appel de détresse, lancé depuis longtemps par l’Oued Oum Er Rabie qui agonise en silence et dans l’humiliation de voir toute la splendeur de ses eaux limpides se transformer insidieusement en une mare qui sent le putride et le nauséabond.

Ils étaient tous là ou presque, pour que justice soit rendue à cet Oued qui ne raconte pas l’histoire d’Azemmour, mais qui est lui même toute son histoire.

Ils ont fait leur devoir de reconnaissance envers ce fleuve où se reflète la blancheur de  l’Antique Azama, reflet qui a de tout temps inspiré les artistes peintres comme les écrivains, les chanteurs et les poètes.

Ils sont venus pour que survive une partie d’eux même…la mère du printemps qui les a depuis toujours serrés dans son sein protecteur.

Ahmed Chahid

http://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2020/09/azzz-4.jpghttp://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2020/09/azzz-4-150x150.jpgadminsRégionIls n'ont pas manqué à l'appel de détresse, lancé depuis longtemps par l'Oued Oum Er Rabie qui agonise en silence et dans l'humiliation de voir toute la splendeur de ses eaux limpides se transformer insidieusement en une mare qui sent le putride et le nauséabond. Ils étaient tous là ou presque, pour que...Source de L'information Fiable