Une Réflexion sur les Notions de la Démocratie, du Peuple et du Pouvoir Politique

Auteur: Said El Mansour Cherkaoui

Le peuple n’est que le produit du résultat des contradictions sociales maintenues et manipulées pour la survie et la continuité de la classe dirigeante et dominante.

 poupée.russes

Dans notre cas, on est comme la poupée russe, Matriochka, la classe dominante  n’est pas visible a première vue et se fait petite dans sa dimension, puisqu’elle est minime en nombre par rapport au reste de la société, mais solide sur ses bases qui arborent et se camouflent derrière et au sein de plus grandes représentation et  gestion de ses intérêts propres.

Ces intérêts intrinsèques et dévolus sont délégués aux autres à travers une allégeance et une identification identique dans la rentabilité de cette relation. Plusieurs dimensions professionnelles et structurelles projettent et dessinent leurs fonctions respectives par de plus grande forme de représentation de ce pouvoir ainsi transféré à travers une légitimité presque de servage.

Les motifs et les desseins comme les objectifs sont aussi calquées sur les autres grandes poupées (dans ce cas de la structuration du pouvoir, il s’agit plutôt de marionnettes et de fétiches) les couvrant ainsi pour les présenter comme des strates identiques mais variées seulement dans la dimension mais non pas dans la représentation finale et entière et comme ensemble social ayant les mêmes sources et les mêmes raisons d’être, de croyance et d’appropriation du et dans le pouvoir.

Pouvoir et Représentation Fétichiste Sociale:

C’est dans ce processus linéaire de la justification et de la traduction sociale du pouvoir que la petite représentation sous cette forme d’effigie qui en réalité possède l’appropriation première du pouvoir non seulement de direction mais surtout de partage et distribution des richesses et des bénéfices ainsi que les récompenses aux autres représentations figées et modélisant sa propre image auprès et pour le reste de la société. Cette relation basée sur la compensation fiduciaire demeure essentielle dans la séduction, l’attraction et le renouvellement des serviteurs de ce même pouvoir qui en soi est minoritaire dans le nombre mais multidimensionnel dans l’accaparement de la richesse et de sa jouissance.

Donc de la plus petite représentation s’apprivoise la source du pouvoir pour s’étaler sur la face de tous les échelons de l’interaction sociale qui dans l’occupation de l’espace va en grandissant avec de plus grandes entités représentatives a chaque étape de réalisation et d’expression des motifs du pouvoir pour devenir visible et présente dans le miroir social notamment a travers des interactions économiques, culturelles, religieuses, politiques et sociales. Dans cette évolution changeante, la démocratie procure les canaux de communication, les moyens de cooptation et les méthodes de récupération des énergies sociales ainsi que les stratégies d’opération et de représentation.

Démocratie, Émergence de Classe Moyenne, Cohésion Sociale et Internationalisation de l’économie Locale:

Les mutations institutionnelles sont effectuées sans qu’il y ait une interconnexion directe entre la source du pouvoir et les administrés puisque l’électorat devient la justification et la courroie de transmission pour les décisions du pouvoir. A travers une démocratisation du processus électoral et le multipartisme s’opère donc une interposition des représentants élus entre le pouvoir et les masses populaire. Une classe moyenne fait ainsi surface et sert d’intermédiaire et de courtier entre le peuple et le pouvoir et même cherche sa consolidation avec des alliances avec les tenants du marché international. Dans le temps, ce genre de classe moyenne fut appelée la classe Compradore. Cette classe aussi se distingue par des signes extérieurs de richesse qui sont l’apanage de la globalisation de la consommation et la standardisation des produits électroniques. Pour se différencier du reste de la structure sociale, cette classe moyenne a tendance a se tourner vers les produits signes et de renommée internationale, la rendant ainsi une classe solidaire des productions internationales et des compagnies multinationales de produits de luxe.  Par de telles orientations consommatrices, le label de pays émergents devient identifié dans le niveau du pouvoir d’achat et l’adoption des produits de luxe étrangers par la classe moyenne locale.

 luxe

 « Cédric Chaboud : Le développement des classes moyennes dans les pays émergents constitue une opportunité majeure. Ce sont elles qui tirent le secteur… Des marques de vêtements comme Hugo Boss, Under Armour ou Lululemon sont promises à un bel avenir. On pourra aussi privilégier des secteurs comme les technologies, avec les objets connectés de Parrot ou les produits d’Apple, ou encore l’enseignement à distance, plusieurs sociétés de cours par correspondance étant cotées en Bourse aux Etats-Unis et au Japon. On s’intéressera encore aux loisirs, avec des titres comme le croisiériste Carnival ou le spécialiste des scooters des mers Polaris, aux cosmétiques, aux spécialistes du duty free… » *

Cette classe moyenne émergente puise et cantonne les ressources institutionnelles de sa légitimité politique et sa sacralisation sociale et religieuse a travers ses fonctions et son rôle dans la reproduction sociale. Elle consolide ses positions face a la montée de sa rivale qui est la classe laborieuse, qu’elle freine par le rôle important qu’elle joue au bénéfice du pouvoir et au profit de sa propre survie structurelle et cela a travers sa fonction d’opérer le choix, la désignation et l’approvisionnement des élites dirigeantes. Cette fonction d’intermédiaire dévolue a travers des élections est consolidée par un lien directe avec les intérêts étrangers vu sa rivalité sociale structurelle avec les classes des travailleurs manuels et les masses populaires rejetées par ces nouvelles élites dirigeantes.

Cette base du pouvoir au niveau social devint ainsi l’interlocuteur privilégié du capital étranger qui ne lui épargne aucune récompense y compris l’octroi de la médaille de démocrates modèles. En échange, cette classe moyenne induite dans les partis politiques dirigeants favorise la privatisation et l’ouverture du pays à la pénétration du capital étranger direct sous toutes ses formes, y compris l’installation des fournisseurs et les importations des produits alimentaires considérés comme néfaste dans leurs propres pays d’origine. pour compléter le tout, les représentants politiques de cette nouvelle classe, se voulant des high-technocrate élites ont la tendance a signer des accords de libre-échange pour prouver leur allégeance au libéralisme classique dont فريدريخ هايك , Friedrich August von Hayek fut l’instigateur et qui fut popularisé par Milton Friedman avec ses « Chicago Boys » qui avaient envahi l’Amérique Latine sous les dictatures militaires entre 1964 et 1982. Ces deux piliers du « libéralisme modernisateur » étaient en effet l’antidote et l’opposition catégorique au keynésianisme, socialisme et l’étatisme.

 étatisme

 

 etatisme1

Dans ce déphase du temps et de l’espace et même d’environnement culturel, on assiste au Maroc a une volonté de continuité stratégique attelant l’économie marocaine aux variations et aux aléas du marché international avec des allures de ces orientations favorisant la réduction du rôle de l’Etat au profit de la combinaison de l’intégration dans le marché mondial, l’attraction de ses « left-overs » comme le canard boiteux « Bombardier » par exemple, la coopération avec les instances financières internationales (Banque Mondiale et le FMI) et la relégation du capital national marocain au rôle d’intendance.  Cette stratégie promue par les tenants du capital international devint ainsi une politique nationale qui est effectivement favorable a la consolidation des bases sociales de la nouvelle classe moyenne cherchant par la a atteindre une liberté politique et économique intrinsèque a ses membres même au prix de l’accentuation du sous-emploi, le chômage structurel et la dépravation sociale.

Au niveau culturel, l’introduction de produits de luxe et leur étalage sous plusieurs formes y compris a travers la fourniture des « mansions » imposent un langage nouveau puisque cette classe n’est plus adressée en tant qu’une tranche sociale mais identifiée individuellement et par des qualificatifs nouveaux tel que Mrafeh, Labasse Alih, Amer Flouss, Dar Alach Arjaaa, et même Khanez Flousse. Cette isolation du succès individuel est propre a l’idéologie américaine de « self-made man and working hard » a savoir l’image idolâtrée de l’individu qui se forge lui même en travaillant dur.

 capitalisme

 Cette technocratie smartclasse défend ses acquis par tous les moyens pour imposer ses orientations même au niveau des pays régionaux et par la elle a besoin d’être non seulement armée politiquement et économiquement mais aussi avec des armes les plus sophistiquées et l’acquisition des plus récentes techniques de contrôle social. Dans cette optique, des stages de formation et une ouverture du marché international des armes lui sont octroyés et cela sous le prétexte et ayant comme objectif la défense de l’intérêt national et les positions géo-stratégiques de ses alliés internationaux. Elle devient ainsi une classe politique armée pouvant intervenir en dehors de ses frontières nationales et cela en solidarité avec ses semblables dans les pays menacés par l’instabilité des conditions de fécondation de ses propres sources de consolidation, a savoir l’accès aux marchés et aux produits énergétiques et miniers et les capitaux résultant du profit de leur respective exploitation. Les conflits régionaux au Moyen Orient, en Afrique Subsaharienne et au delà sont la pour lui donner des opportunités de manifester directement sa solidarité de classe internationale.

Pour faciliter de telles transactions, des crédits et des aides financières sont ainsi accordés parfois a des taux favorables et accompagnés par des dons a des pseudo-organisations charitables et aux associations privées a but non lucratif qui se gorgent de bourses d’origine étrangère et locale et qui sont les propriétés de ces mêmes classes moyennes sous des prête-noms.

Tout ce jeu de corruption légalisée a pour objectif l’aplanissement du terrain pour l’atterrissage de grands groupes internationaux investisseurs et producteurs afin d’exploiter les ressources financières, naturelles, primaires et humaines de notre économie et de notre structure sociale et territoriale, vu que l’immigration n’est plus permise.

Crétinisation du Peuple, Mondialisation et Usurpation Identitaire Nationale:

« Le maintien permanent de la population en état d’atrophie mentale par l’industrie culturelle et notamment les drogues sonores (« musique ») constitue un nouveau mode de domination. Les modes de domination ou de coercition antécédents (guerre, esclavage, extermination physique, par exemple) sont, à ce moment de l’histoire, hors-jeu, et sont agités comme des repoussoirs pour faire oublier l’actualité : la crétinisation généralisée. » **

Ce dessin que porte cette petite Matriochka, est en fait planifié et dont le design et la construction vient de l’extérieur et dont les collaborateurs locaux et régionaux nous font danser autour de ce totem du pouvoir maquillé par des habits et des traits physiques nationaux qui ne sont point les nôtres. Ces acteurs et collaborateurs de la même forme subcapitaliste font de nous juste un miroir et un reflet des desseins des autres qui ont métamorphosé un pouvoir colonial en un pouvoir national camouflé sous un habit traditionnel local pour mieux nous familiariser avec nous même tout en étant une représentation des autres pouvoirs étrangers a nous comme ils le demeurent a nos yeux.

En effet malgré la démocratisation en place et sans que l’on nous demande notre avis, ces dominateurs étrangers et invisibles deviennent réel a travers ceux qui nous ressemblent dans le look et dans les attitudes ainsi que dans le langage. Ces double-faces « turn-coat » duplex et pleine de duplicité comme élites, appelés autrefois technocrates ou professionnels de la politique politicienne, servent et garantissent les intérêts multinationaux sur notre propre sol et cela malgré nos titres fonciers et nos luttes millénaires contre les envahisseurs étrangers.

 capita

 Ces nouveaux gérants du cadastre foncier sont les vrais responsables directs non seulement dans l’usurpation de notre territoire et sa braderie selon les vœux et les désirs des investisseurs institutionnels étrangers mais surtout de notre assujettissement et notre soumission aux aléas et aux bon vouloir de ceux qui manipulent les desseins de ce même grand capital international. Une plus grande et plus puissante Élite Occidentale et Orientale qui ne possède et ne reconnaît aucune frontière et qui n’affiche aucune considération nationale.

Tel que l’adage l’exprime, ceux qui vont ensemble se ressemble et j’ajouterais ils créent des raisons et des causes pour s’assembler, y compris des conflits afin d’écouler plus d’armes. Dans cette irrationalité nationale et d’absence de scrupules culturels, la seule frontière partagée entre ces deux formules de desseins expansionnistes est le degré d’extrapolation de la valeur ajoutée et le niveau de profit réalisé.

Ceux qui ne veulent pas vendre leurs terres deviennent ceux qui dessinèrent leurs propres images sur leurs propres Matriochka et comme tout Matriochka qui se respecte, cela remonte a Lénine dans le temps et l’espace de la mémoire moderne de ce capitalisme mondial qui n’a pas froid aux yeux et se fi des regards des autres et qui n’a d’égard que pour son propre profit.

Tous les Droits Réservés a Said El Mansour Cherkaoui

Contact: https://www.facebook.com/Dr.saidelmansourcherkaoui

Quelques notes bibliographiques:

* « Le luxe profitera à plein de l’essor des classes moyennes dans les pays émergents » Propos recueillis par Nicolas Gallant, 11/02/15 à 14:06

En savoir plus sur http://www.capital.fr/bourse/interviews/le-luxe-profitera-a-plein-de-l-essor-des-classes-moyennes-dans-les-pays-emergents-1012267#jTkCZ33fdRSYgkmz.99

** Jacques-Yves Rossignol: 28 Janvier 2014, Le libéralisme contre les peuples, La culture industrialisée formate les esprits

Le peuple n’est que le produit du résultat des contradictions sociales maintenues et manipulées pour la survie et la continuité de la classe dirigeante et dominante.

 

Dans notre cas, on est comme la poupée russe, Matriochka, la classe dominante  n’est pas visible a première vue et se fait petite dans sa dimension, puisqu’elle est minime en nombre par rapport au reste de la société, mais solide sur ses bases qui arborent et se camouflent derrière et au sein de plus grandes représentation et  gestion de ses intérêts propres.

 

Ces intérêts intrinsèques et dévolus sont délégués aux autres à travers une allégeance et une identification identique dans la rentabilité de cette relation. Plusieurs dimensions professionnelles et structurelles projettent et dessinent leurs fonctions respectives par de plus grande forme de représentation de ce pouvoir ainsi transféré à travers une légitimité presque de servage.

 

Les motifs et les desseins comme les objectifs sont aussi calquées sur les autres grandes poupées (dans ce cas de la structuration du pouvoir, il s’agit plutôt de marionnettes et de fétiches) les couvrant ainsi pour les présenter comme des strates identiques mais variées seulement dans la dimension mais non pas dans la représentation finale et entière et comme ensemble social ayant les mêmes sources et les mêmes raisons d’être, de croyance et d’appropriation du et dans le pouvoir.

 

Pouvoir et Représentation Fétichiste Sociale:

 

C’est dans ce processus linéaire de la justification et de la traduction sociale du pouvoir que la petite représentation sous cette forme d’effigie qui en réalité possède l’appropriation première du pouvoir non seulement de direction mais surtout de partage et distribution des richesses et des bénéfices ainsi que les récompenses aux autres représentations figées et modélisant sa propre image auprès et pour le reste de la société. Cette relation basée sur la compensation fiduciaire demeure essentielle dans la séduction, l’attraction et le renouvellement des serviteurs de ce même pouvoir qui en soi est minoritaire dans le nombre mais multidimensionnel dans l’accaparement de la richesse et de sa jouissance.

Donc de la plus petite représentation s’apprivoise la source du pouvoir pour s’étaler sur la face de tous les échelons de l’interaction sociale qui dans l’occupation de l’espace va en grandissant avec de plus grandes entités représentatives a chaque étape de réalisation et d’expression des motifs du pouvoir pour devenir visible et présente dans le miroir social notamment a travers des interactions économiques, culturelles, religieuses, politiques et sociales. Dans cette évolution changeante, la démocratie procure les canaux de communication, les moyens de cooptation et les méthodes de récupération des énergies sociales ainsi que les stratégies d’opération et de représentation.

 

Démocratie, Émergence de Classe Moyenne, Cohésion Sociale et Internationalisation de l’économie Locale:

 

Les mutations institutionnelles sont effectuées sans qu’il y ait une interconnexion directe entre la source du pouvoir et les administrés puisque l’électorat devient la justification et la courroie de transmission pour les décisions du pouvoir. A travers une démocratisation du processus électoral et le multipartisme s’opère donc une interposition des représentants élus entre le pouvoir et les masses populaire. Une classe moyenne fait ainsi surface et sert d’intermédiaire et de courtier entre le peuple et le pouvoir et même cherche sa consolidation avec des alliances avec les tenants du marché international. Dans le temps, ce genre de classe moyenne fut appelée la classe Compradore. Cette classe aussi se distingue par des signes extérieurs de richesse qui sont l’apanage de la globalisation de la consommation et la standardisation des produits électroniques. Pour se différencier du reste de la structure sociale, cette classe moyenne a tendance a se tourner vers les produits signes et de renommée internationale, la rendant ainsi une classe solidaire des productions internationales et des compagnies multinationales de produits de luxe.  Par de telles orientations consommatrices, le label de pays émergents devient identifié dans le niveau du pouvoir d’achat et l’adoption des produits de luxe étrangers par la classe moyenne locale.

 

 

 

« Cédric Chaboud : Le développement des classes moyennes dans les pays émergents constitue une opportunité majeure. Ce sont elles qui tirent le secteur… Des marques de vêtements comme Hugo Boss, Under Armour ou Lululemon sont promises à un bel avenir. On pourra aussi privilégier des secteurs comme les technologies, avec les objets connectés de Parrot ou les produits d’Apple, ou encore l’enseignement à distance, plusieurs sociétés de cours par correspondance étant cotées en Bourse aux Etats-Unis et au Japon. On s’intéressera encore aux loisirs, avec des titres comme le croisiériste Carnival ou le spécialiste des scooters des mers Polaris, aux cosmétiques, aux spécialistes du duty free… » *

 

Cette classe moyenne émergente puise et cantonne les ressources institutionnelles de sa légitimité politique et sa sacralisation sociale et religieuse a travers ses fonctions et son rôle dans la reproduction sociale. Elle consolide ses positions face a la montée de sa rivale qui est la classe laborieuse, qu’elle freine par le rôle important qu’elle joue au bénéfice du pouvoir et au profit de sa propre survie structurelle et cela a travers sa fonction d’opérer le choix, la désignation et l’approvisionnement des élites dirigeantes. Cette fonction d’intermédiaire dévolue a travers des élections est consolidée par un lien directe avec les intérêts étrangers vu sa rivalité sociale structurelle avec les classes des travailleurs manuels et les masses populaires rejetées par ces nouvelles élites dirigeantes.

 

Cette base du pouvoir au niveau social devint ainsi l’interlocuteur privilégié du capital étranger qui ne lui épargne aucune récompense y compris l’octroi de la médaille de démocrates modèles. En échange, cette classe moyenne induite dans les partis politiques dirigeants favorise la privatisation et l’ouverture du pays à la pénétration du capital étranger direct sous toutes ses formes, y compris l’installation des fournisseurs et les importations des produits alimentaires considérés comme néfaste dans leurs propres pays d’origine. pour compléter le tout, les représentants politiques de cette nouvelle classe, se voulant des high-technocrate élites ont la tendance a signer des accords de libre-échange pour prouver leur allégeance au libéralisme classique dont فريدريخ هايك , Friedrich August von Hayek fut l’instigateur et qui fut popularisé par Milton Friedman avec ses « Chicago Boys » qui avaient envahi l’Amérique Latine sous les dictatures militaires entre 1964 et 1982. Ces deux piliers du « libéralisme modernisateur » étaient en effet l’antidote et l’opposition catégorique au keynésianisme, socialisme et l’étatisme.

 

 

 

Dans ce déphase du temps et de l’espace et même d’environnement culturel, on assiste au Maroc a une volonté de continuité stratégique attelant l’économie marocaine aux variations et aux aléas du marché international avec des allures de ces orientations favorisant la réduction du rôle de l’Etat au profit de la combinaison de l’intégration dans le marché mondial, l’attraction de ses « left-overs » comme le canard boiteux « Bombardier » par exemple, la coopération avec les instances financières internationales (Banque Mondiale et le FMI) et la relégation du capital national marocain au rôle d’intendance.  Cette stratégie promue par les tenants du capital international devint ainsi une politique nationale qui est effectivement favorable a la consolidation des bases sociales de la nouvelle classe moyenne cherchant par la a atteindre une liberté politique et économique intrinsèque a ses membres même au prix de l’accentuation du sous-emploi, le chômage structurel et la dépravation sociale.

 

Au niveau culturel, l’introduction de produits de luxe et leur étalage sous plusieurs formes y compris a travers la fourniture des « mansions » imposent un langage nouveau puisque cette classe n’est plus adressée en tant qu’une tranche sociale mais identifiée individuellement et par des qualificatifs nouveaux tel que Mrafeh, Labasse Alih, Amer Flouss, Dar Alach Arjaaa, et même Khanez Flousse. Cette isolation du succès individuel est propre a l’idéologie américaine de « self-made man and working hard » a savoir l’image idolâtrée de l’individu qui se forge lui même en travaillant dur.

 

 

 

Cette technocratie smartclasse défend ses acquis par tous les moyens pour imposer ses orientations même au niveau des pays régionaux et par la elle a besoin d’être non seulement armée politiquement et économiquement mais aussi avec des armes les plus sophistiquées et l’acquisition des plus récentes techniques de contrôle social. Dans cette optique, des stages de formation et une ouverture du marché international des armes lui sont octroyés et cela sous le prétexte et ayant comme objectif la défense de l’intérêt national et les positions géo-stratégiques de ses alliés internationaux. Elle devient ainsi une classe politique armée pouvant intervenir en dehors de ses frontières nationales et cela en solidarité avec ses semblables dans les pays menacés par l’instabilité des conditions de fécondation de ses propres sources de consolidation, a savoir l’accès aux marchés et aux produits énergétiques et miniers et les capitaux résultant du profit de leur respective exploitation. Les conflits régionaux au Moyen Orient, en Afrique Subsaharienne et au delà sont la pour lui donner des opportunités de manifester directement sa solidarité de classe internationale.

 

Pour faciliter de telles transactions, des crédits et des aides financières sont ainsi accordés parfois a des taux favorables et accompagnés par des dons a des pseudo-organisations charitables et aux associations privées a but non lucratif qui se gorgent de bourses d’origine étrangère et locale et qui sont les propriétés de ces mêmes classes moyennes sous des prête-noms.

Tout ce jeu de corruption légalisée a pour objectif l’aplanissement du terrain pour l’atterrissage de grands groupes internationaux investisseurs et producteurs afin d’exploiter les ressources financières, naturelles, primaires et humaines de notre économie et de notre structure sociale et territoriale, vu que l’immigration n’est plus permise.

 

Crétinisation du Peuple, Mondialisation et Usurpation Identitaire Nationale:

 

« Le maintien permanent de la population en état d’atrophie mentale par l’industrie culturelle et notamment les drogues sonores (« musique ») constitue un nouveau mode de domination. Les modes de domination ou de coercition antécédents (guerre, esclavage, extermination physique, par exemple) sont, à ce moment de l’histoire, hors-jeu, et sont agités comme des repoussoirs pour faire oublier l’actualité : la crétinisation généralisée. » **

 

Ce dessin que porte cette petite Matriochka, est en fait planifié et dont le design et la construction vient de l’extérieur et dont les collaborateurs locaux et régionaux nous font danser autour de ce totem du pouvoir maquillé par des habits et des traits physiques nationaux qui ne sont point les nôtres. Ces acteurs et collaborateurs de la même forme subcapitaliste font de nous juste un miroir et un reflet des desseins des autres qui ont métamorphosé un pouvoir colonial en un pouvoir national camouflé sous un habit traditionnel local pour mieux nous familiariser avec nous même tout en étant une représentation des autres pouvoirs étrangers a nous comme ils le demeurent a nos yeux.

 

En effet malgré la démocratisation en place et sans que l’on nous demande notre avis, ces dominateurs étrangers et invisibles deviennent réel a travers ceux qui nous ressemblent dans le look et dans les attitudes ainsi que dans le langage. Ces double-faces « turn-coat » duplex et pleine de duplicité comme élites, appelés autrefois technocrates ou professionnels de la politique politicienne, servent et garantissent les intérêts multinationaux sur notre propre sol et cela malgré nos titres fonciers et nos luttes millénaires contre les envahisseurs étrangers.

 

 

 

Ces nouveaux gérants du cadastre foncier sont les vrais responsables directs non seulement dans l’usurpation de notre territoire et sa braderie selon les vœux et les désirs des investisseurs institutionnels étrangers mais surtout de notre assujettissement et notre soumission aux aléas et aux bon vouloir de ceux qui manipulent les desseins de ce même grand capital international. Une plus grande et plus puissante Élite Occidentale et Orientale qui ne possède et ne reconnaît aucune frontière et qui n’affiche aucune considération nationale.

 

Tel que l’adage l’exprime, ceux qui vont ensemble se ressemble et j’ajouterais ils créent des raisons et des causes pour s’assembler, y compris des conflits afin d’écouler plus d’armes. Dans cette irrationalité nationale et d’absence de scrupules culturels, la seule frontière partagée entre ces deux formules de desseins expansionnistes est le degré d’extrapolation de la valeur ajoutée et le niveau de profit réalisé.

 

Ceux qui ne veulent pas vendre leurs terres deviennent ceux qui dessinèrent leurs propres images sur leurs propres Matriochka et comme tout Matriochka qui se respecte, cela remonte a Lénine dans le temps et l’espace de la mémoire moderne de ce capitalisme mondial qui n’a pas froid aux yeux et se fi des regards des autres et qui n’a d’égard que pour son propre profit.

 

Tous les Droits Réservés a Said El Mansour Cherkaoui

Contact: https://www.facebook.com/Dr.saidelmansourcherkaoui

 

Quelques notes bibliographiques:

 

* « Le luxe profitera à plein de l’essor des classes moyennes dans les pays émergents » Propos recueillis par Nicolas Gallant, 11/02/15 à 14:06
En savoir plus sur http://www.capital.fr/bourse/interviews/le-luxe-profitera-a-plein-de-l-essor-des-classes-moyennes-dans-les-pays-emergents-1012267#jTkCZ33fdRSYgkmz.99

** Jacques-Yves Rossignol: 28 Janvier 2014, Le libéralisme contre les peuples, La culture industrialisée formate les esprits

Related posts

One Thought to “Une Réflexion sur les Notions de la Démocratie, du Peuple et du Pouvoir Politique”

  1. […] Initialement publié dans El Jadida Scoop en Jan 14, 2016 – Réflexion sur les Notions de la Démocratie, du Peuple et du Pouvoir Politique – 2016-01-14 – 19:56:38+00:00 –Libre Opinion […]

Répondre à Subcapitalisme et Economie Politique du Développement au Maroc – News and Analysis: Local and Global Views Annuler la réponse