ARMOIRIES & INSCRIPTIONS DE LUIZ LOUREIRO – FORTALEZA de MAZAGAN

patrimoine-la-1

Par: Jilali Derif j.derif

Placées à l’entrée piétonne de la cité portugaise de Mazagan, les Armoiries et les inscriptions des Armes de Luiz Loueiro , Gouverneur de la Forteresse 1541-1548, attirent la curiosité de tout le monde ; citadins et touristes.
Quels éléments d’information peut-on vous apporter concernant  ces Armoiries et inscriptions  portugaises ?

pat2

   Ces blocs où sont gravées ces Armoiries et leurs inscriptions étaient découvertes, avec d’autres inscriptions sur pierre, au moment du dégagement complet et de l’aménagement de l’Église de l’Assomption entamés au début du mois d’août 1919. D’après le Dr. Levy Maria Jordão (1864), les inscriptions des Armes de Luiz Loureiro  se trouvaient sous les Armoiries à l’entrée terrestre de la forteresse. La porte terrestre était située sous le bastion du gouverneur détruit  lors du départ des portugais en Mars 1769.

Avant d’être placées sous les vestiges du bastion du gouverneur, à l’entrée de la cité portugaise, vers la fin des années 1930, ces Armoiries et surtout les inscriptions étaient l’objet de quelques  études. Pendant les années 1920, Michaux-Bellaire, Edouard (1857-1930) avait pris des photographies des Armoiries et des inscriptions qu’il avait envoyé à l’Académie de Lisbonne .  Il disait que l’une d’elles commençait par « Estas armas so de Don Luis de Loureiro, etc. ». M. Afonso de Dornelas a dû travailler à Lisbonne sur des photographies et des indications qui lui avaient été envoyées.
En 1935 Raobert Ricard, spécialiste de l’histoire de l’expansion portugaise au Maroc, a édité à Coimbra un livre sous le titre de «les inscriptions de Mazagan» où il a  essayé de restituer les analyses de huit inscriptions  dont celle de Loureiro, données par Vergilio Correia et M. de Dornelas (historiens portugais) , par J. Goulven (Adjoint au Chef des services municipaux d’El Jadida- 1919) et par M. Weisgerber (Contrôleur civil de Doukkala entre 1917 et 1926). On remarque que les armoiries ainsi que toutes les inscriptions sont gravées sur  sur du calcaire marneux, un faciès typique du littoral d’El Jadida (Mazagan),  ce qui nous permet de dire qu’elles seraient gravées sur place,  à Mazagan.

LES ARMOIRIES

Essai de description: Armoiries (Armes) de forme classique, divisées en 4 « quartiers » (forme écartelée):

Figure 1: Armoiries (Armes) de Luiz Loureiro

Dans le quartier haut-dextre il y a comme symbole de la Sécurité une tour avec une pat1échelle suspendue à ses créneaux. Dans chacun des « quartiers » haut-senestre et bas-dextre, il y a cinq feuilles de vigne disposées en croix; la vigne était identifiée dans certaines cultures ancestrales à « l’arbre de vie », et le nombre cinq  symbolise chez les portugais les cinq rois musulmans que le roi Afonso Henriques (1109-1185) défit lors de la bataille d’Ourique (1139). Le « quartier » bas-senestre est subdivisé en deux, une partie externe qui porte une bannière sur un fond avec barres verticales, et une partie interne qui porte un étendard de guerre sur un fond lisse. Il s’agit des armoiries (Armes) de Luiz Loureiro comme le précise les inscriptions.

Jorge Mascarenhas , Gouverneur de la place de 1615 à 1619, parle dans son manuscrit « Regimento » de la présence,  dans plusieurs jardins potagers devant la forteresse (dans les quartiers actuels de Kalaa, Ben Driss , El Mers ..), de milliers de pieds de vigne et d’énormes treilles (dalia) dans une vingtaine d’enclos qu’on appelle quintas. Mascarenhas dit que les portugais  «gardent ces cultures jours et nuit, les armes à la main».

  LES INSCRIPTIONS DES ARMES DE  LOUREIRO

???????????????????????????????

Figure 2: Inscriptions des Armes de Luiz  Loureiro

Une partie des inscriptions des Armes de Loureiro est gravée sur trois blocs de calcaire marneux de mêmes hauteurs mais de longueurs différentes. Cinq lignes y sont gravées:

  • L1« Estas armas sào de Luis de Loureiro que Edificou esta Vila por mandado del 
  • L2«rey D. Joào o 3° no ano do Nacimento de Nosso senhor Jesu Christo de 1541         
  • L3«anos o primeiro dia do mez de Agosto foi nella Capitào 7 anos. E em outros     
  • L4«lugares fez honrados de guerra : E tomou a cidade de Azamor aos
  • L5 «mouros. E tomou-a aos soldados que se com ella ergeram.

Robert Ricard propose la traduction suivante:

« Ces armes sont celles de Luis de Loureiro, qui a construit cette place (ville) sur l’ordre du roi Jean III notre maître en l’année 1541, le premier jour du mois d’août, et qui la gouverna avec le titre de Capitão mór, qui était celui que portaient alors [les gouverneurs], durant sept ans, au cours desquels il prit la ville d’Azemmour aux Maures avant d’avoir fini de construire ladite place ».

On a aucune idée sur la date exacte des inscriptions des armoiries de Loureiro, mais il semble bien que d’après certains documents portugais on peut les attribuer à la période de  Dom Gonzalo Coutinho, gouverneur de la place de Mazagan de 1624 à 1627 ou après cette période. On peut se référer à   »Memorias para Historia da praça de Mazagam » où l’auteur Luiz Maria do Couto de Albuquerque, insère sous forme d’Appendice II, ces inscriptions d’après un livre du  Dr. Levy Maria Jordão  (1864) . Le titre est le suivant :

« inscripção que exista na porta da praça de Mazagão por baixo das armas de luis de Loureiro » (figure 3).

pat4

Figure 3: Texte des inscriptions d’après un manuscrit sur les gouverneurs de Mazagan

La première partie du texte ne diffère des inscriptions gravées que par »Praça » au lieu de  »Vila » .

Le Dr. Levy Maria Jordão dit que le texte se trouvait dans manuscrit sur les gouverneurs de la place de Mazagan qu’il avait reçu de son père, ce texte est plus long que ce qu’il a transcrit (figure 3).  « Esta inscripção é tirada de um manuscripto sobre os governadores de Mazagão, que possue meu pae o sr. Abel Maria Jordão Paiva Manso. Vê-se do mesmo manuscripto que a inscripção era maior, mas não copia senão a parte que transcrevemos».

Ce texte parle des bastions, de la citerne, des portes et de la garnison, et fait allusion au Gouverneur Dom Gonsalo Coutinho (1624-1627). Mais n’est pas d’une fidélité parfaite:

– il  attribue à Loureiro un exploit qu’il n’a jamais accompli en prétendant qu’il avait repris Azemmour que les portugais avaient abandonné au mois de Décembre 1541 -(voir  »Description de l’Afrique » de Marmol Livre 7, chapitres de 54 à 56).

– Mazagan (L’Brija ou Castelho qui deviendra futur forteresse Mazagan et le Mazagan Velho ou Mazighane) n’a jamais été gouvernée par le nommé Luiz de Azambuja, et la date de la conquête de Mazagan avec Azemmour était au moi de Septembre 1513, et les constructions portugaise en ces lieux étaient en 1514. Il parait qu’il y’ a une confusion entre Castelho de Mazagan construit en Août 1514 et le Castelho Real (Mogador) dont le gouverneur était Diego de Arambuja.

Dans la revue portugaise « Revista de Historia » de 1919, Pedro AZEVEDO propose  le texte des inscriptions des armes de Loureiro sous la forme suivante :

   «Estas armas sào de Luis de Loureiro que Edificou esta Villa por mandado del rey D. Joào o 3° no ano do Nacimento de Nosso senhor Jesu Christo de 1545 anos o primeiro dia do mez de Agosto foi nella Capitào 7 anos. E em outros lugares fez honrados de guerra : E tomou a cidade de Azamor aos mouros. E tomou-a aos soldados que se com ella ergeram.»

Le texte d’Azevedo donne l’année 1545 au lieu de 1541, date du début des travaux, En 1545 les travaux se sont poursuivi par la construction à l’intérieur de la forteresse (Citerne, Magasins, Églises, Maisons…) et à l’extérieur (les fossés et les embuscades externes).

La problématique de l’histoire de Mazagan (El Jadida) et ses environs  est liée en grande partie à la toponymie (noms des lieux); la résolution de ce problème s’impose donc, c’est ce qu’on essayera d’aborder, Incha Allah, dans les futurs articles, dans le but de contribuer à une révision de l’histoire de Mazagan, avant, pendant et après l’occupation portugaise.

 

Related posts

Leave a Comment