police (2)

Par : Abdellah Hanbali

 

Il y a de ces images qui sont ancrées dans nos esprits, car nous   avons grandi avec, et nous continuons à ce jour à les garder à l’esprit.

Des images auxquelles nous nous sommes habituées,  qui nous collent à la peau, subjuguent notre inconscient et que pas un instant nous n’y avons pris un moment de notre temps pour penser, ne serait ce qu’un instant, qu’ils puissent changer, évoluer, disparaître même…pour laisser place à quelque chose de nouveau, qui s’adapte mieux à l’air du temps et l’évolution de notre société.

Ceci n’est plus un choix, mais une réalité incontournable dans un monde qui change et évolue sans cesse   autour de nous, au point  que ce qui est  adéquat et pragmatique, aujourd’hui,  peut se révéler néfaste demain, si l’on n’y prend garde et qu’on n’y change de cap à temps.

 

L’esprit des humains est ainsi fait. Il est perpétuellement sollicité, appelé à penser, à innover, à améliorer, à créer, à se remettre en question, à repartir de zéro s’il le faut…Sous peine  de se  « scléroser » et d’en devenir… inutile.

Une qualité une fois perdue, c’est notre liberté  et notre raison d’être, en tant qu’humain, qui est perdue avec.

Ceci  reste une réflexion  d’ordre général. Sauf qu’aujourd’hui, l’on  veut se focaliser  plus précisément  sur une image avec laquelle nous avons tous grandi dans cette ville, à savoir la vue d’agents de circulation presque à chaque carrefour.

Une réalité, qui par la force de l’habitude, nous est devenue si familière qu’on a oublié de se poser des questions quant à sa réelle nécessité.

 

En effet, quel rôle jouent véritablement ces agents de la circulation, là ou des feux de signalisations existent ?

Quel rôle jouent-ils, quand ils passent leur temps, cachés derrière un arbre, un poteau électrique… et n’apparaissant qu’au moment de sévir ?

Un agent de la circulation, représentant de la loi et d’un Etat dit  de droit, a-t-il le droit de se cacher ?

Son rôle dans ce pays, ne se limite t-il qu’à sévir et Jamais à prévenir ?

 

Ce qui est dit à propos des agents de la circulation est aussi valable pour les gendarmes, qui en dehors des barrages (existence de terroristes dans les parages…) ou quand la sécurité de notre pays est en jeu, quel véritable rôle jouent ils sur nos routes ?

Le nombre des procès-verbaux a-t-il augmenté pour autant ?

A quoi servent réellement  ces barrages à l’entrée de notre ville,  sinon à former des bouchons monstres, en cette période de vacances ?

Qu’ont-ils pu découvrir  ou réaliser comme performances depuis qu’ils existent ?

Dernièrement, l’occasion m’a été donnée de faire un voyage en voiture El-Jadida – Trondheim (ville Norvégienne, prés du cap nord). Et je  peux vous dire, que je n’ai pas vu autant de policiers et de gendarmes sur la route, que lors d’un simple déplacement  El Jadida- Casablanca.

Est-ce à dire, que le budget de notre Etat nous permet le luxe de se permettre un agent à chaque tournant de rue ?

 

Est-ce à dire, que la sécurité des citoyens est déjà assurée à 100% et que nos agents sont si nombreux, qu’on n’en sait pas trop quoi en faire avec ?

 

Ne doivent ils pas rejoindre leurs « makhafirs » pour être prés des citoyens et justifier que l’argent du contribuable ayant servi à la construction de ces battisses n’a pas été   jeté par les fenêtres ?

Pourquoi des voitures de polices devant chaque édifice étranger (McDonald, Institut Français, école Charcot…) comme si leur vie est en perpétuel danger dans ce pays ?

Qui veut-on dissuader par ces présences journalières ?

Les marocains sont des citoyens  paisibles, alors pourquoi créer une telle psychose inutile ?

Et pourquoi cette présence en force devant les édifices étrangers, alors qu’un marocain ordinaire doit être gravement blessé pour que notre police, daigne enfin se déplacer,  justifiant son abominable comportement, par un effectif insuffisant ?

 

Pour conclure, disons qu’au vu du nombre  toujours élevé des accidents de la route dans nos périmètres urbains et au-delà, (en dépit de leur omniprésence)  et de l’insécurité ambiante dans nos villes et  villages (à cause  de leur  absence), le moins que l’on puisse dire, c’est que nos questions sont largement légitimes et méritent réflexion.

 

 

http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2015/07/POLICE.jpg?fit=1024%2C1024http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2015/07/POLICE.jpg?resize=150%2C150adminsJdidis à la UnePar : Abdellah Hanbali   Il y a de ces images qui sont ancrées dans nos esprits, car nous   avons grandi avec, et nous continuons à ce jour à les garder à l’esprit. Des images auxquelles nous nous sommes habituées,  qui nous collent à la peau, subjuguent notre inconscient et que pas un...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires