lahrchzekroumi

Par Azzedine Hnyen

En cet instant, la Fédération royale, gérant le football national, doit être, sérieusement, gênée et mise au pied du mur après que des voix, et non des moindres dont celle de l’ex international et héros du mondial de Mexico Abderazzak Khairi, aient douté sur la fiabilité de certains résultats de rencontres du championnat national. Le constat de Khairi n’a pas été le fait d’un hasard. Mais celui de plusieurs comportements douteux le long du championnat.    Après les sorties fracassantes de Rachid El Bossairy (ex conseiller de Mohammed Boudrika), de Khairi (coach de kasbah de Tadla) et un peu plus avant de Tarik Skitioui, voilà que le  Difaâ Hassani Jadidi, à un moment épineux, dépose une réserve contre la  qualification du joueur du Chabab de Khénifra, Zekroumi, pour cumul de quatre avertissements. Les dirigeants du club zayani ont rejeté, catégoriquement, l’insinuation du club doukkali en présentant la feuille de match, une pièce maîtresse, où seul  est mentionné le nom d’un joueur de la Renaissance de Berkane comme averti lors de la rencontre ayant opposé les deux clubs pour le compte de la 21ème journée. Les Jdidis avancent que le dit joueur aurait écopé d’un quatrième avertissement qui le suspendrait, automatiquement, pour un match. Ce que les Zayanis nient en se basant sur la feuille de match, la seule pièce légale pour les instances fédérales.

Seulement, les Doukkalis arguent leur doléance sur une cassette vidéo de la RTM, qui s’était chargée de la retransmission du match CAK – RSB, et, surtout, du commentateur Abdelhak Cherrat qui s’était beaucoup attardé sur cette séquence après que Zekroumi n’ait pas apprécié qu’il soit sanctionné. Sur la vidéo, on ne voit l’arbitre adresser, directement, le carton au dit joueur parce que la caméra est restée fixée sur le joueur agressé. Cependant, on décèle clairement l’agression de Zekroumi sur le joueur berkanais comme on voit Mohammed Lahrach courir vers lui la main dans sa poche arrière pour tirer une de ses cartes. Juste après, on voit l’agresseur lever ses mains en signe de mécontentement. Le commentateur s’est attardé longuement sur la réaction inappropriée, à ses yeux, et aussi inutile car, d’après lui, l’arbitre du match ne badine pas avec la loi. Les Jdidis auraient présenté, également, des comptes- rendus  de quelques médias où il est mentionné que le joueur, dont il est question, avait écopé d’un avertissement.

Un casse-tête pour la fédé et, plus particulièrement aux membres de la commission à laquelle est dévolue de trancher sur cette épineuse affaire. Sur quoi va-t- elle se baser pour rendre son verdict ?  Sur la feuille du match qui reste la pièce officielle ou le dossier de Jdidis qui reste très solide en raison des faits irréfutables qui montrent que le joueur avait été averti ?

Cet événement, malgré les avances d’une certaine radio et de ses consultants, montre que le déroulement du championnat national aurait été entaché de plusieurs comportements anti- sportifs et illégaux. Les observateurs sportifs sont catégoriques et fermes. Zekroumi a écopé, effectivement, d’un avertissement. Le commentateur Abdelhak Cherrat, contacté, confirme cet état. Un journaliste de sa trempe ne pourrait se permettre de transmettre aux téléspectateurs, en direct, des balivernes.

Que s’est- il, donc, passé pour que l’arbitre n’ait pas  mentionné ce fait sur la feuille du match ? On ne pourrait imputer cette flagrante « erreur » (Si c’en est une ) à un oubli. Car avec lui, il y avait, bel et bien, un commissaire de match, ses deux assistants et le 4ème arbitre. Tout ce beau monde ne pourrait se tromper à la fois ou oublier. Si dire qu’il ya anguille sous roche. Ça saute aux yeux. De ce fait flagrant et accusateur, l’on peut avancer que notre championnat a été honnête à cent pour cent. La vidéo, circulant sur certains résultats du WAC, laissera sceptique plus d’un sur la droiture de quelques uns de nos arbitres.

Le président de la Fédé, homme droit et cartésien, se doit d’ouvrir une enquête approfondie sur ce sérieux cas ainsi que sur d’autres matchs où les résultats ont été jugés suspects. On ne doit point avoir honte pour faire éclater les vérités et ne point en avoir honte. Car, même dans les plus huppés des championnats mondiaux, les arrangements des matchs sont de mise. On a, toujours, en mémoire l’épisode de la Juventus de Turin qui a été condamnée à être reléguée à la division inférieure avec d’autres  pénalités.

http://i0.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/05/dhj-2018.jpg?fit=1024%2C1024http://i0.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/05/dhj-2018.jpg?resize=150%2C150adminsSportPar Azzedine Hnyen En cet instant, la Fédération royale, gérant le football national, doit être, sérieusement, gênée et mise au pied du mur après que des voix, et non des moindres dont celle de l'ex international et héros du mondial de Mexico Abderazzak Khairi, aient douté sur la fiabilité de...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires