Aéroports du Maroc: Une gestion sujette à caution

 

 

aeroport

Aéroport Mohammed V: Un emplacement discutable

 Par : Abdellah HANBALI

Pour quelle utilité publique avons-nous construit  deux grands aéroports au Maroc à seulement 120 kilomètres de distance, en l’occurrence ceux de Casablanca et de Rabat ? Certes il s’agit d’un héritage du protectorat, mais n’aurait il pas été plus censé de construire un seul aéroport à mi-chemin entre ces deux villes et économiser des milliards de centimes, qui auraient pu être affectés ailleurs? Cela aurait eu pour conséquence de faire tourner cet unique aéroport à plein régime et de le rentabiliser. L’idée d’aménager un aéroport à Ben Slimane avait déjà été mise sur la table, mais n’a jamais été concrétisée pour des raisons pour le moins mystérieuses.

A titre comparatif, prenons l’exemple de certains aéroports européens connaissant un grand achalandage : Amsterdam, Bruxelles, Gardmoen (Norvège), Stockholm… Nous faisons  abstraction d’autres aéroports, tels que Roissy Charles De Gaulle, Orly (Paris) et  Heathrow (Londres) entre autres. Ceux ayant eu la possibilité de passer par quelques-uns de ces aéroports, savent  que les nôtres, de par la densité de leur trafic, exception faite des  périodes de pèlerinage et Omra, ne soutiennent pas la comparaison.

Partout au monde, de tels investissements font l’objet d’études poussées. Or, si l’on se fie à l’achalandage des aéroports de Casablanca et de Rabat, des questions se posent quant à la justesse de la vision  de nos décideurs. Quant à l’aéroport Al Massira d’Agadir, il pouvait au mieux, bénéficier d’un  lifting  et éviter toutes ces dépenses inutiles Il aurait été en outre plus judicieux de faire suivre des stages à tout le personnel de la RAM pour lui apprendre à sourire et à être aimable envers des passagers souvent fatigués après de longs trajets et dont certains posent  leurs pieds dans notre pays, pour la première fois. Ces voyageurs ne demandent ni folklore à l’arrivée, ni thé à la menthe… devenus des clichés érodés à la longue, mais  de simples toilettes propres dans les aéroports, les cafés, les restaurants…Et si on arrive à y ajouter un sourire sincère et pas un rictus, ce serait le rêve.

Au lieu de ces constructions sans rapport avec la réalité, notre situation géographique et économique devrait  plutôt nous pousser à s’inspirer des pays d’Amérique Latine dans la construction de nos  aéroports. De petits aéroports, offrant l’avantage de pouvoir se déplacer dans une majorité de villes, surtout, celles difficiles d’accès et de mettre  un terme à leur isolement, par la même occasion. La vitrine du Maroc n’est pas que ses aéroports, bien qu’il y ait beaucoup à dire là dessus. La vitrine du Maroc, va de Tanger à Lagouira.

Royal-Air-Maroc

Related posts

Leave a Comment