Ramadan: Pour que le bien agir ait un sens

pauvre

ELJADIDASCOOP

Quel intérêt peuvent trouver certains musulmans, à partir plusieurs années de suite, à la Mecque quand d’autres meurent quotidiennement, faute de soins et de moyens.

N’y a-t-il aucun Mufti ou Alem  pour expliquer à ces « touristes », qu’ils ont plus à gagner, spirituellement parlant, à aider un malade dans le besoin, qu’à partir pour la énième fois au Hadj ou  la Omra ?

Face à une politique gouvernementale très en deçà de toutes les  attentes, ni la générosité des mécènes, ni l’abnégation et le bénévolat des ONG, ne se révélèrent de taille, pour mettre un terme à ce « détail ».

 ftour1

Dans un pays qui  parle à tout va de « Mouatana » n’est-il pas plus  humain de parler d’abord, d’une généralisation de la couverture sociale?

Comment ose – t-on  parler de patriotisme  à un  citoyen agonisant et sans la moindre aide, ne serait-ce que pour lui  payer, sa dose quotidienne  d’insuline ?

Que c’est triste de croiser chaque jours des marocains tendant la main et/ou allongés à même le sol !

Que c’est triste de lire chaque jour dans la presse,  ces « appels aux âmes charitables » émanant de ces laissés pour compte, comme un cri de détresse.

Ils semblent avoir en communs, ces regards inexpressifs et vides de tous sens. Des regards qui semblent vous fixer, sans vous voir et vous demander de l’aide sans trop y croire. Mais ils le font quand même … comme  ultime espoir.
pauvrete2 (2)

Related posts

Leave a Comment