krimou

De G à D: Moundib, feu Dolmy, Bencherki, krimou et baba lors de la même cérémonie de dédicace du livre de Krimou.

 

Abdelkrim Chergui (Krimou) DHJ, parle du décès d’Abdelmjid Dolmy et des joueurs qui l’ont séduit à l’époque où lui-même était l’ailier gauche marocain le plus virevoltant et le plus insaisissable,  faisant pratiquement  souffrir tous les défenseurs du royaume. Écoutons-le :

« Le plus petit de taille mais pas de classe est abdelmjid dolmy.  Je l’a côtoyé en équipe nationale de police en1974 et aux entraînements du Raja en 1977(à l’époque Krimou, au vu de son travail de banquier, travaillait à Casablanca et jouait pour le DHJ, grâce à l’intervention de feu Abdelkrim Benslimane (président du DHJ àl’époque, et frère du général Housni Benslimane) auprès des dirigeants du Raja, dont le président ne fut autre  à l’époque, qu’un certain feu Semlali (l’Azemmouri) ; en plus des matchs qui opposaient le DHJ au Raja en championnat.

Il avait une double extension verticale qui lui permettait de gagner des duels aériens avec des  » têtes d’or « tels que Chiadmi, Boussole, Youssef, et autres Cherif et Abouali.

Il effectuait un travail de récupération inégalable ; se distinguait par ses passes distillées et millimétrées vers ses attaquants. Mine de rien il pouvait subtiliser le ballon avec des tacles précis et concis, sans agresser l’adversaire ; lui qui aimait caresser le ballon, au point de réussir des petits ponts « que lui seul savait faire.

Il mouillant le maillot, parlait peu, mais se donnait beaucoup sur le terrain.

Et lorsqu’on lui proposait d’aller voir un match au stade, il aimait  répliquer : « Moi je vais au stade pour jouer, pas pour regarder les autres jouer. »

Dolmy est un garçon sympathique et très modeste, qui malheureusement n’a connu que deux clubs marocains, tout au long de sa carrière : le Raja et l’Olympique de Casablanca (« Jam3iyate Al Halib », disparu depuis).

Dolmy aurait pu faire fortune sous d’autres cieux,  mais ainsi va la loi du football qui n’obéit à aucune logique!

Un hommage toutefois, lui fut rendu lors d’une soirée sponsorisée par Maroc Télécom, mais c’est insuffisant pour cet adorable champion qui méritait un vrai jubilé, digne du  grand talent de ce magnifique joueur.

Un jubilé qui serait organisé conjointement par le Raja de Casablanca et la FRMF.

A bon entendeur salut! Et ne dit- on pas « mieux vaut tard que jamais! »

Extrait du  livre d’Abdelkrim Chergui  » Hommage aux hommes du football » page57, paru en 2012.

Mais en ce jeudi 27 juillet Dolmy est décédé suite à un malaise cardiaque. Il était en plein préparatifs pour son pèlerinage à la Mecque, et sans qu’il puisse dire adieu à son public. Quel gâchis !

Qu’il repose en paix.

Puisse Allah l’entourer de sa sainte miséricorde et l’accueillir dans son vaste  paradis!

Nous sommes à DIEU et à lui nous retournons!

http://i0.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/07/krimou.jpg?fit=1024%2C1024http://i0.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/07/krimou.jpg?resize=150%2C150adminsSportDe G à D: Moundib, feu Dolmy, Bencherki, krimou et baba lors de la même cérémonie de dédicace du livre de Krimou.   Abdelkrim Chergui (Krimou) DHJ, parle du décès d’Abdelmjid Dolmy et des joueurs qui l'ont séduit à l'époque où lui-même était l’ailier gauche marocain le plus virevoltant et le...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires