Par Driss Tahi

Il n’est certes pas besoin de présenter un Artiste peintre au talent inouï, et à la dimension artistique aussi impressionnante que celle de Abdelkarim El Azhar, en revanche, bien qu’on ait eu l’occasion à plusieurs reprises de visiter ses expositions , on ne peut résister à l’idée de voir encore la dernière .

Décidément, la toute dernière, dont le vernissage a eu lieu ce mercredi 25 décembre à la galerie du complexe culturel OCP, a plus que fasciné tous les spectateurs présents , à commencer par les amis les plus proches de l’artiste peintre, les journalistes, les critiques , et tous ceux qui le connaissent, et qui le suivent depuis les débuts de sa longue carrière .

Par ailleurs, si l’empreinte ne change pas dans les toiles de notre grand peintre, qui sont reconnaissables par ce qui est devenu depuis longtemps sa signature, à savoir , les formes des corps aux cous allongés, il n’en demeure pas moins que chacune de ses œuvres comporte une singularité certaine, qui se caractérise par un minuscule détail, qui a son secret, et son impact pictural , que seul un oeil avisé, peut déceler en regardant de près.

D’autant plus que sur les visages peints, les regards , ont leur importance, et changent d’une toile à l’autre ,et leurs expressions aussi , et ce , grâce au travail méticuleux sur les couleurs, et la technique utilisée par ce peintre aussi sensible et doué que chevronné, qui a expérimenté durant sa carrière toutes sortes d’approches , jusqu’à en maîtriser les moindres détails.

 » visages à réfléchir  » qui est le thème de cette exposition, à attiré une foule d’admirateurs, et d’amis. Son choix reflète si besoin en est, l’objectif principal de Abdelkarim El Azhar, à savoir , le souci de donner à chaque regard de ses têtes dessinées , l’expression voulue et créée d’une manière subtile grâce au génie de l’artiste , qui, à priori, vise à communiquer un message différent à l’adresse de chaque spectateur.

Une sorte de complicité visuelle s’établit par conséquent entre le créateur, et le visiteur , à travers un simple regard échangé entre les deux , et une perception du spectateur qui engendre une réaction certaine , silencieuse ,un échange magique …

C’est l’effet que produit le regard d’un visage peint par cet artiste ,dont les oeuvres sont qualifiées de symbolistes , ou parfois impressionnistes . Mais qui ne sont concrètement que le fruit d’un long et perpétuel travail de recherche, entrepris par Abdelkarim El Azhar, durant lequel il a toujours réussi à fuir les sentiers battus que représentent les règles académiques des beaux arts, pour un art créatif qui tend à donner libre court à l’imagination, et inspiré du quotidien de l’artiste. .

Passionné de littérature, et grand lecteur, influencé par plusieurs courants , qui l’avaient certainement inspiré, ayant dévoré des dizaines de romans d’écrivains amis connus, avec qui il a aussi travaillé sur les conceptions des pages de couvertures.

<< ces corps sur mes peintures, ressemblent à des palmiers >>

expliquait Abdelkarim El Azhar, à l’ouverture de ce vernissage.

En effet , la comparaison est significative, et d’autant plus poétique de la part d’un peintre au penchant littéraire confirmé.

Il va sans dire, que le cou allongé sur ses toiles , rappelle la tige élancée du palmier.

Encore une exposition artistiquement riche en formes ,et en couleurs, comme le sont toujours les sorties de cet artiste hors pair , ce qui représente un émerveillement , et un plaisir pour les spectateurs , grâce au talent génial de Abdelkarim El Azhar , l’artiste peintre généreux .

Organisée par l’ALCEJ , en présence du directeur de la culture à El Jadida, de plusieurs personnalités , et des associations du monde de l’art , de la littérature, de journalistes…

Elle se poursuivra jusqu’au 03 janvier 2020.

http://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2019/12/niw-niw.jpghttp://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2019/12/niw-niw-150x150.jpgadminsJdidis à la UnePar Driss Tahi Il n'est certes pas besoin de présenter un Artiste peintre au talent inouï, et à la dimension artistique aussi impressionnante que celle de Abdelkarim El Azhar, en revanche, bien qu'on ait eu l'occasion à plusieurs reprises de visiter ses expositions , on ne peut résister à l'idée de voir encore la...Source de L'information Fiable