A voir la frénésie qui s’est emparée de certains, après la signature d’Abdelhak Benchikha au DHJ, on peut être enclin à croire que l’homme possède une baguette magique à même de lui permettre de métamorphoser l’équipe, ne serait-ce que par sa simple et unique présence.

On a vite oublié que Benchikha prend en main une équipe en totale déconfiture. Une équipe sans fond de jeu, sans véritable ossature, sans confiance en soi et…sans âme. Et c’est là où le bât blesse.

Dans de telles conditions, on peut aussi bien s’appeler Guardiola, Koeman, Zidane, Jürgen Klopp… si on ne possède pas une équipe avec les qualités précitées, on aurait toutes les peines du monde pour bâtir la  stratégie et le fond de jeu, que l’on voudrait voir son équipe développer.

Certes Benchikha arrive avec une liste de huit joueurs dans ses valises, histoire soi-disant, d’étoffer tous les rangs de son équipe, pour ne pas dire…avec une nouvelle équipe. Mais on oublie facilement qu’un joueur nouvellement débarqué dans un club, souhaite, avant et après tout, y trouver une ambiance saine et une ossature solide, à même de lui permettre de s’y intégrer sans trop de difficultés, pour pouvoir donner le meilleur de soi et faire grand étalage de son talent, dans les plus brefs délais.

Or, le DHJ est aujourd’hui un club qui a laissé partir ses meilleurs éléments. Il faut dire que la mauvaise gestion y a été pour beaucoup dans la présente situation.

Dans quelques jours (déjà), le coup d’envoi d’une nouvelle saison de la Botola Pro sera donné. Abdelhak Benchikha aura entre les mains une équipe qui a fait une très mauvaise saison et des joueurs manquant de confiance en eux, en leur potentiel et qui doutent. Ce sera là  un véritable challenge pour l’entraineur algérien. Un défi à relever. L’homme en a les capacités requises pour espérer  être l’homme de la situation. La tâche ne sera pas de tout repos, certes, mais c’est à lui de savoir se montrer ferme avec le bureau dirigeant et dont la majorité semble ignorer jusqu’aux b-a-ba de ce jeu, tout en imposant une discipline stricte, aussi bien  dans les vestiaires, que sur le terrain.

Ce sera là un sérieux test pour cet homme, en saura-t-il se montrer à la hauteur ?

Il faut dire qu’en remportant le premier trophée (coupe du trône) avec le DHJ, il y a un peu plus d’un lustre, Benchikha avait des joueurs pétris de talent et une équipe très compétitive et qui pouvait rivaliser avec les meilleurs : Saâssaâ, Laâroubi, Chagou…Aujourd’hui, « il n’en a que dalle. »

El Jadida Scoop

http://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2020/10/bencheikha.jpghttp://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2020/10/bencheikha-150x150.jpgadminsSportA voir la frénésie qui s’est emparée de certains, après la signature d’Abdelhak Benchikha au DHJ, on peut être enclin à croire que l’homme possède une baguette magique à même de lui permettre de métamorphoser l’équipe, ne serait-ce que par sa simple et unique présence. On a vite oublié que Benchikha...Source de L'information Fiable