El Jadida : A quels résultats a abouti l’externalisation des services publics pour la ville ?

Certes, dans un contexte de maîtrise, voire de réduction des dépenses publiques, gestion efficiente des ressources communales oblige, la question de l’externalisation de la gestion des services publics, entre autres, la délégation de la gestion des déchets ménagers et nettoyage des voiries, s’est imposée en tant qu’alternative aux services municipaux connus à travers tout le Royaume. En effet, la société Derichebourg avait conclu du temps d’Abdelhakim Soujda (aujourd’hui incarcéré) un contrat pour la gestion déléguée des services de propreté de la Commune territoriale d’El Jadida pour la collecte et l’évacuation…

Read More

El-Jadida: Ma ville…

J’aime ma ville parce que les rues sont propres , les bâtiments élégants et soignés. Les politiques sont pleins d’abnégation, de compassion et de compétence qu’ils donnent sans compter au service des citoyens, qui respirent le bonheur tranquille. La circulation est calme et fluide, pleine de tolérance , pas besoin de klaxons ni de vociférations. Les parcs et les jardins fleurissent partout où s’ébattent joyeusement les enfants de tous les quartiers , même les plus reculés. Tout respire l’harmonie, la solidarité et la bonne entente. Les jeunes qui s’y trouvent…

Read More

El Jadida : une ville très mal éclairée…

Le premier rôle de l’éclairage public n’est-il pas de participer à la sécurité publique durant la nuit et d’assister les usagers dans leurs déplacements et activités nocturnes ? Bien que cela soit une évidence, la Commune urbaine ne semble pas y accorder l’importance qu’il mérite, et les citoyens jdidis continuent à endurer l’insécurité engendrée par le manque d’éclairage de la majorité des avenues. Une insécurité que l’absence d’entretien accentue, notamment en cette saison hivernale où les nuits sont longues, et de manière accrue, en raison de l’heure GMT+1, qui aggrave…

Read More

Les Dieux des Stades…

Une photo qui immortalise des Hèros en pleine gloire. Une photo dont on n’est pas prêt à s’ en lasser, car à chaque fois qu’on lui jette un nouveau regard, surgit, tantôt un souvenir qu’on croyait avoir oublié pour toujours, tantôt  une  anecdote…, une prouesse ou  un geste technique réussi par un joueur lors de tel ou tel autre match…Le tout est vu à chaque fois, sous un angle différent et avec un regard presque neuf. Mais  au-delà des détails  dont on se souvient encore,   c’est toute une époque qui…

Read More

« Les réalisations Grandioses » de Jamal Benrbiâ…pour El-Jadida

Voici le genre de stupidités et de mensonges que l’on peut lire sur la page Facebook du président de la commune Jamal Benrbiâ. Ce natif de Sidi Smail, a découvert qu’à défaut d’être en mesure  de réaliser quelque chose de concret  pour cette ville,mieux vaut  s’offrir une horde de lèche-bottes, pour faire luire son image, via les réseaux sociaux, et de fil à aiguille, le faire présenter comme le  » sauveur », l’ Homme « Providentiel’…et ce, en lui attribuant   les mérites de projets programmés depuis belle lurette et dont il n’a…

Read More

Feu Najib Naâmi…

Feu Najib Naâmi dont la salle des sports porte le nom. Feu Najib Naâmi, le grand gardien de but qui a énormément donné au DHJ, sans en avoir récolté grand chose, en contre partie. Feu Najib Naâmi, la classe et  la très bonne éducation. Pour l’avoir côtôyé dans les entraînements et les déplacements avec le DHJ, je ne l’ai jamais entendu prononcer  un mot plus haut que l’autre. Et bien qu’il lui arrivait d’être meilleur des 22 ( Meknes contre l’équipe de Lakhouini, Salé contre l’équipe de Mot, Laâlou…) je…

Read More

DHJ: il y a Présidents et « présidents »

Si vous n’avez pas reconnu, au premier abord, les deux hommes sur la photo, sachez qu’il s’agit de deux véritables légendes du football doukkali : ssi Brahim Taoufiq et ssi Abderrahmane Kamel. Leur dénominateur commun ? Les deux ont été Présidents du DHJ. Et les deux l’ont été aux temps des vaches maigres. Le temps où un président n’hésitait pas un instant à donner de sa poche, pour mener « le bateau DHJ » à bon port. A chaque fois que les caisses sont vides, ils ne se posaient plus…

Read More

El-Jadida : Aicha Belakbir, le Cordon bleu, dont la réputation a dépassé nos frontières, doublée d’une costumière, hors-pair, du cinéma marocain.

Ancienne enseignante à l’école française Charcot, cette jdidie, pur jus, s’est distinguée par ses qualités de femme pleine de ressources et d’ambitions. Ce qui la rend unique, ce ne sont pas ses dons, mais les secrets qu’elle en détient, en combinant : art de vivre et savoir-faire, puisés dans son  imagination débordante. Aicha Benlakbir n’a jamis fait d’études dans le domaine culinaire ou de mode. C’est sa curiosité, un trait presqu’inné de sa personne qui l’a toujours poussée à persévérer et à  reprendre une même chose plusieurs fois de suite, jusqu’à…

Read More

DHJ 2 – RCOZ 0 : le Difaâ réalise l’essentiel

Enfin un DHJ capable de garder ses bois inviolés. Une performance que le Difaâ n’a  réalisé que deux fois auparavant (victoire 1-0 contre l’OCS et nul 0-0 contre les FAR). Des buts inviolés qui coïncident, faut-il le rappeler, avec le baptême de feu de Mohammed Chennouf, titularisé   à la place de Soufiane Benrahhou. Un choix qui n’a été dicté, ni par Bencheikha, ni par… Sidi Zekri, mais par la pression des supporters jdidis sur les réseaux sociaux. Des pressions qui ont fini par faire céder un staff technique, grassement rémunérés pour,…

Read More

Scandaleux : La lentille du Phare de Sidi Mesbah a « disparu ».

Il s’agit là d’une histoire qui relève  du grand banditisme et d’un acte  qui ne doit aucunement passer inaperçu, car il ne peut être perpétré que par les « gros bonnets » de ce bled. Après l’histoire des deux canons de la cité portugaise qui ont failli disparaitre à jamais, sans le journaliste et écrivain Michel Amengal, qui a remué ciel et terre, avant qu’on ne « finisse » par les « retrouver » au fond des eaux du port, prêts à être « repêchés », par « les hommes à tout faire » de cette Camorra de la ville,…

Read More