dhj.irt5

Par Azzedine Hnyen 

Il ne faut jamais crier victoire, très tôt, avant le coup de sifflet final de l’arbitre. Le DHJ l’aurait appris, à ses dépens, lors de son derby régional contre le frère- ennemi l’OCS pour le compte de la 17ème journée de la Botola Ittissalet Al Maghrib.

La rencontre, on le devinait, n’allait pas être de tout repos pour les coéquipiers du capitaine Zakaria Hadraf. Les Jdidis étaient sous pression après les victoires de leurs principaux rivaux à savoir le WAC, RCA et la Renaissance de Berkane. Les Safiots, on le savait, n’allaient pas venir en touristes. Leurs résultats, en dents de scie, et leur rêve d’enregistrer leur 1ère  victoire au stade Al Abdi, depuis leur montée en 2005 à la série si étaient autant de facteurs qui présageaient que les poulains d’Abderrahim Talib allaient, vraiment, souffrir.

C’est ce qui se produisit dès le 1er coup de sifflet de l’arbitre. Les sardiniers se montrèrent les plus menaçants. Seulement, ils confondirent efficacité, précipitation et engagement physique, dépassant la régularité et que, bizarrement, l’arbitre toléra. Trop réconciliant avec un jeu, frôlant l’agressivité physique, notamment de la part de Kamal Ait El Haj. Ce comportement anti- sportif des poulains de Benhachem et la complaisance de l’arbitre déroutèrent les Jdidis. Ils songeaient beaucoup plus à leurs pieds, qu’à développer le jeu chatoyant qu’on leur connaît. Mais malgré toutes ces contraintes, Hamid Ahaddad parvint à se déjouer de ses anges gardiens pour mettre de la tête, aux toutes dernières secondes du temps additionnel de la 1ère mi- temps, le ballon dans les filets des visiteurs.

Les supporters Jdidis crurent que la deuxième période ne serait qu’une simple formalité pour leurs joueurs après avoir mis le premier but. Les visiteurs allaient se découvrir pour égaliser. Une bonne aubaine pour les locaux qui excellent dans les contres. Malheureusement pour eux, ils ne parvinrent à étaler leur jeu à cause de l’agressivité dont ils furent victimes sous l’œil amorphe de l’arbitre  l’incontestable héros du match.

Pire encore ! L’arbitre n’hésitait pas à intimider les joueurs jdidis en leur distribuant des cartons jaunes rien que pour avoir sollicité sa protection. Un procédé astucieux pour freiner l’engouement et l’élan de Hadraf et de ses coéquipiers.

Continuant dans leur fougue, les Safiots parvinrent à arracher le nul aux ultimes secondes du temps additionnel. Il faut dire que le coach Jdidi assume, de son côté, une part de responsabilité. Son équipe souffrait et au lieu de jouer la sûreté et la sécurité en optant pour un défenseur de plus, il a cherché à ajouter d’autres buts en incluant Nanah et Diaketé. Une erreur d’appréciation impardonnable de sa part.

Mais quoi qu’il en soit, rien n’est perdu. Le DHJ reste, encore, dans la cour. C’est un trébuchement de parcours que les Jdidis sont fort capables de rattraper dans l’avenir à la grande joie de leurs supporters venus, cette fois-ci, en grand nombre.

A regretter, cependant, l’absence de Mohammed Fadli sur la ligne de touche et qui a fait, énormément, défaut. L’entraîneur- adjoint avait perdu, ce jour, son père. En la circonstance, eljadidascoop présente ses sincères condoléances à Mohammed Fadli et au reste de sa famille.

http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/02/dhj.irt5_.jpg?fit=1024%2C1024http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/02/dhj.irt5_.jpg?resize=150%2C150adminsFocus  Par Azzedine Hnyen  Il ne faut jamais crier victoire, très tôt, avant le coup de sifflet final de l'arbitre. Le DHJ l'aurait appris, à ses dépens, lors de son derby régional contre le frère- ennemi l’OCS pour le compte de la 17ème journée de la Botola Ittissalet Al Maghrib. La...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires