mazagao1

Par: Ahmed Chahid

Tout récemment, une délégation Brésilienne composée de résidents de Mazagào vehlo dans le conté d’Amapa, du réalisateur Canadien Gavin Andrews, du producteur et de l’ambassadeur du Brésil à Rabat, José Humberto de Brito Cruz, Ont effectué une visite à El Jadida et plus précisément à la Cité Portugaise, en vue des repérages nécessaires avant le lancement des premiers tours de manivelles d’un documentaire inédit qui jette un peu plus de lumière sur les aléas de cette ancienne et triste histoire qui, tout en coûtant la vie à nombreux  Moujahidines Marocains, n’a pas manqué de provoquer l’un des périples des plus longs et des plus pénibles qui a sévèrement touché plus de deux mille Portugais, ayant quitté dans la précipitation et par voie de mer, la Cité qu’ils occupaient durant deux siècles et demi.

Selon Laurent Vidal, auteur du livre  « Mazagão, la ville qui traversa l’Atlantique : du Maroc à l’Amazonie ». Il s’avère qu’étant harcelés par les attaques des autochtones, les portugais se plaignent sans arrêt à la Couronne. Une situation qui va devenir intenable avec le siège de 1769, car les 2000 Portugais réfugiés derrière la forteresse, affamés, assoiffés, ne peuvent plus tenir face aux 120 000 soldats arabes et berbères qui se sont installés au pied des remparts.

C’est à ce moment là que la décision de déplacer les occupants portugais de la ville de Mazagào, (Actuelle El Jadida) ainsi que les richesses qu’ils y ont accumulées, est prise par Joseph Ier Emmanuel dit Joseph le Réformateur. Comme, de l’autre côté de l’Atlantique, le Portugal a commencé la colonisation de l’Amazonie, la destination de ses protégés est toute trouvée. La Nova Mazagào, sur le fleuve Amazone, est appelée à devenir la nouvelle perle de l’Empire. L’auteur raconte que ce déplacement des populations correspond à une véritable odyssée. Avec l’embarquement des familles, les Portugais emportent notamment les objets de culte et les livres de l’administration.

Aussi peut-on lire dans l’ouvrage de José Manuel Azevedo e Silva «  Mazagão. Uma cidade luso-marroquina deportada para a Amazónia » que le 11 mars 1769, les 2092 habitants qui constituent la présence portugaise dans la région sont embarqués pour un périple qui va durer près de deux ans. Pragmatique, l’administration centrale brûle tout ce qui peut l’être et jette les canons à la mer. Le déménagement se fait en deux phases avec une escale de six mois à Lisbonne. À Belem, c’est une nouvelle escale de plusieurs années qui attend des voyageurs particulièrement fatigués. Ils fondent alors Nova Mazagão, sur l’embouchure du grand fleuve. Aujourd’hui encore, chaque année, au Brésil, les “descendants” des Mazaganistes célèbrent, lors de la Sao Tiago (Saint Jacques), les luttes de leurs ancêtres chrétiens contre les Maures.

Ainsi donc, le documentaire en question peut répondre à nombre de questionnements dont font appel, les générations d’aujourd’hui qui continuent à commémorer chaque année cet événement.

En résumé, le film en question dont les séquences ont déjà commencé à Mazagào vehlo traite de la vie d’un homme et d’une femme nés en Mazagão, dont leur origine et leur vie restent  profondément entrelacées avec l’immigration et son héritage. Il s’agit du  professeur d’histoire Josiane Brito, 29 ans, et du fermier Jozue Videira, 48 ans, qui ont été choisis par le réalisateur pour représenter les porteurs de l’histoire du Mazagão Velho, Dans ce documentaire.

Selon le cinéaste,  l’un des buts du voyage effectué par Josiane et Jozue à Mazagan où ils ont séjourné, pleins d’émotions, durant quatre jours, était pour eux d’écouter l’autre version de l’histoire, celle qui appartient aux Arabes musulmans. Qu’est-il vraiment arrivé autrefois, pour que les Portugais aient fui le Maroc après avoir perdu le contrôle de la région, s’interroge  le cinéaste ?

A noter, que ce film sera projeté, dans les chaînes de télévision publiques au Brésil.

 

http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2016/04/mazagao_002.jpg?fit=1024%2C1024http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2016/04/mazagao_002.jpg?resize=150%2C150adminsDivers    Par: Ahmed Chahid Tout récemment, une délégation Brésilienne composée de résidents de Mazagào vehlo dans le conté d’Amapa, du réalisateur Canadien Gavin Andrews, du producteur et de l’ambassadeur du Brésil à Rabat, José Humberto de Brito Cruz, Ont effectué une visite à El Jadida et plus précisément à la Cité...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires